Lettre vagabonde - 27 novembre 2002

Le Salon du livre de Montréal

 

Salut Urgel,

J’arrive d’un grand festin littéraire. Le Salon du Livre de Montréal avec ses 1 200 éditeurs, 730 stands et ses 1 300 auteurs tentent d’assouvir les appétits littéraires les plus voraces. Ce n’est pas mon intention de t’en faire une description exhaustive. Laisse-moi te révéler mes coups de cœur.

Plusieurs auteurs que j’aime y étaient, accompagnés de leur petit dernier. Robert Lalonde signait « Un jardin entouré de murailles ». Sa passion envoûtante pour la lecture et l’écriture amalgame ses écrits à ceux des autres écrivains. Il convie à sa page d’écriture tant d’auteurs avec la générosité et l’exaltation de celui qui veut nous présenter ses amis les plus chers. Un grand arbre ce Robert Lalonde. Ses feuilles ne connaissent point de saison morte.

À sa table de signature, Pierre Morency de connivence avec son ami Trom, se glisse « À l’heure du Loup » où plume et calumet enclenchent un pacte de sagesse. En file, les lecteurs causent oiseaux, parlent nature et voguent sur le grand fleuve d’observation en vaisseau de poésie.

Et que dire de Dominique Demers, la rose des vents littéraire qui signe, anime, dirige le 25e Salon du Livre de Montréal. Écrivaine pour enfants, adolescents et adultes, c’est l’ambassadrice de la lecture, de l’écriture et du livre en particulier. Dominique circule, sourit, travaille avec aisance dans la chaleureuse atmosphère qu’elle répand autour d’elle. Elle mérite toute ma reconnaissance.

J’ai revu José Acquelin, Madeleine Gagnon, Jean-Paul Daoust, Jasmine Dubé, Hélène Harbec et Maxime-Olivier Moutier. C’était ma première rencontre avec Christiane Duchesne, la vivifiante Élise Turcotte et Gaétan Soucy et son « Music-Hall ». Margaret Atwood m’a subjuguée.

Enfin Urgel, j’ai conversé avec mon idole du dictionnaire, Marie-Èva de Villers. Quelle femme de mots ! Elle prend les mots à la lettre et possède ses lettres de noblesse dans l’univers des dictionnaires. Son Multi révolutionne l’apprentissage de l’écrit. J’ai reconnu en elle une âme sœur.

Je reviens des agapes littéraires munie d’une trentaine de volumes, d’une douzaine d’heures d’entrevues, de tables rondes et de lectures littéraires. Cependant, tel Gargantua, je ne peux me rassasier. Chaque bon livre me creuse un appétit.

Le monumental château littéraire se démantèle comme un château de cartes en quelques jours. Des années d’écriture retourneront en captivité derrière les murailles des médias muets et du vilain virus de la culture qui refuse de contaminer le lecteur. Les architectes de l’écriture ont peu accès aux grandes artères de diffusion culturelle.

Je t’avoue Urgel que ça me désole de savoir que des milliers d’élèves au Québec n’ont pas accès aux livres littéraires. Les années noires de la littérature ressassent leur poussiéreuse ignorance dans l’aveuglement et la négligence de dirigeants non-lecteurs.

Ne t’inquiète pas, je ne me laisserai pas avoir par la faiblesse. Comme dit Georges Steiner : « Dans une seule sphère de la condition humaine, être, c’est être libre. Et c’est dans notre rencontre avec la musique, l’art et la littérature. » Merci pour « Petites difficultés d’existence » de France Daigle. On s’en reparlera.

Ta livromaniaque,

Alvina

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau