Lettre vagabonde – 30 avril 2003

Les citations

 

Salut Urgel,

Je termine tout juste dans la collection « Écrire », « Matériaux mixtes » de Paul Chanel Malenfant. Il y relate sa démarche d’écrivain. D’autres écrivains l’ont influencé le long de son parcours d’écriture. Il leur témoigne sa reconnaissance et son admiration en les citant. Ça me rassure que Paul Chanel Malenfant cite des auteurs. Les citations sont pour moi les agapes de l’esprit. Lors de mes lectures, je les surligne à mesure que je les découvre.

 Dans « Matériaux mixtes », le poète cite des auteurs qui justement vénèrent les citations. En voici une de Régine Robin :

                         « Étrange cette compulsion à la référence, à la citation […]

 Elle permet aux morceaux épars de moi-même de prendre

cohérence quelque part, elle construit une identité perdue. »

 Et encore celle-ci, de Jacques Brault :

                         Je grapille des citations comme des confidences amicales. »

 Des citations, ce sont des réflexions ailées. Elles font de grandes envolées de par le monde. Elles jettent l’encre sous tout regard attentif et elles profitent de l’écho pour se propulser en notre entendement. C’est pourquoi les citations reviennent encore et encore dans les livres et dans la bouche des francs parleurs. Elles disent mieux que moi ce que je veux dire. Paul Chanel Malenfant écrit à leur propos :

                         « Trouver des phrases qui sonnent juste, que l’on voudrait

 avoir écrites. »

 Certaines citations sont comme des refrains de chanson, on finit par les apprendre par cœur. Ce n’est pas pour rien que l’on a inventé des dictionnaires juste pour elles. Il y a les citations personnelles et intimes, celles qu’on découvre et qu’on croit avoir inventées. Celles aussi qui ont coulé de la plume d’un écrivain plus humble, moins connu. Subrepticement elles forment et transforment la pensée.

 En lisant « Matériaux mixtes », j’ai relevé des citations à propager. Il serait égoïste de vouloir les garder pour moi. Il importe de partager si nobles découvertes avec quelqu’un comme toi Urgel. Ces expressions deviennent familières, populaires et nécessaires pour exprimer la beauté et la richesse de la langue.

 Dans « Le dictionnaire des citations du monde entier », Karl Petit introduit ainsi son volume :

 « Car, enfin, n’est-il pas plaisant de pouvoir parsemer avec

sobriété un texte de réminiscences littéraires, orner son esprit

de ces traits légers ou moraux qui agrémentent les conversations,

 illustrent ou étayent une opinion personnelle? »

 Il ajoute ceci pour justifier son utilisation :

                         « Une citation choisie avec éclectisme n’est pas uniquement un

ornement littéraire  appréciable, elle est aussi une référence. […]

Elle explique votre pensée et la rend plus frappante, sert à

condenser un argument ou, encore, vous permet une heureuse

repartie, voire un jugement pertinent. »

 Je sais Urgel que certaines gens affirment que la citation « c’est l’esprit de ceux qui n’en ont guère. » Vraiment? Je crois que citer un auteur à bon escient, c’est semer de petites graines de culture qui germeront dans les esprits vifs et curieux. On reproche souvent aux politiciens et à certains orateurs de nous rabâcher les oreilles d’arides discours sans jamais citer ni les écrivains ni les penseurs contemporains. Je leur adresse à ceux-là une citation de Gabriel Naudé, ce savant bibliothécaire de Richelieu dur Mazarin :

 « Il n’appartient qu’à ceux qui n’espèrent jamais être cités de ne

citer personne. »

 Des mots qui vibrent, qui donnent des ailes, ça devrait sortir des cages livresques et être transporté par la parole et par l’écrit pour se laisser savourer comme de petits pains chauds. Si chacun écrivait dans son carnet, sur ses enveloppes, sur l’en-tête d’une lettre, au tableau de bord de la voiture, au tableau ou au babillard, sur le mur de la salle de bain, ses citations préférées, imagine les goûters exquis. Ça parsèmerait l’esprit d’un lecteur, d’une lectrice de pierres précieuses. Ce serait des réveilleuses de conscience.

 Je semble m’être éloignée de « Matériaux mixtes ». Mais non. Paul Chanel Malenfant, de son écriture chaleureuse et généreuse, ne peut s’empêcher d’inscrire dans son œuvre, les notes résonnantes et vives des auteurs qu’il admire. Et cela, juste pour partager avec nous. Paul Chanel Malenfant est allé chercher les mots qui me parlent, les textes qu’il me fallait. Ce petit livre qui parle d’écriture contient un coffret de citations qui attendent la parole et la plume des autres pour se propager.

 C’est avec deux citations de l’écrivain sur l’enfance que je te quitte.

                         « Le coffre à jouets et la boîte à mots : un seul espace pour

que l’enfant procède à l’invention euphorique du monde. »

                         « Depuis le fin fond de l’enfance, les mots font et fondent

les choses. »

 Vite un coffret de citations des auteurs canadiens. Nous en avons besoin pour nous refaire un monde.

 

Amitiés,

 Alvina

 

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau