Lettre vagabonde – 21 janvier 2004

Cercle littéraire la Tourelle

 

Bonjour Marceline,

Tu me demandais la raison d’être du Cercle littéraire la Tourelle. Nous étions au début quatre personnes intéressées par la littérature. Nous cherchions un moyen de nous rencontrer pour parler de lecture et d’écriture. Tu sais que les sujets de conversations sont inépuisables dans un groupe. Tous nos amis ne partageaient pas notre vif intérêt, donc les conversations dérivaient souvent sur d’autres sujets.

En 1994, nous décidons de consacrer deux mercredis par mois à des rencontres littéraires. Nous avons dès lors formé le Cercle littéraire la Tourelle. Après quelques années, d’autres se sont ajoutés et nous sommes présentement douze membres. Des invités peuvent se joindre à nous. Ils n’ont qu’à nous aviser de leur présence la veille.

Voici comment se déroulent nos rencontres. À chacun son tour d’animer. Le tout débute à 16h pour se terminer vers 20h30. Les rendez-vous du mercredi ont lieu chez moi à la Tourelle, à Petite-Rivière-du-Loup. Les premières quatre-vingt-dix minutes sont consacrées à la lecture. Puisque c’est un cercle littéraire et non un club de lecture, nos choix de lectures sont différents et variés. Le repas suit cette activité. Nous bénéficions d’un très bon service de traiteur. À la bonne chère, s’ajoutent les conversations animées. Nous nous réunissons pour le plaisir après tout. Dès la fin du repas, on débarrasse pour faire place aux activités d’écriture.

L’animateur prépare soigneusement deux activités d’écriture. Il décide du temps alloué à chacune. Chaque participant lit ses textes à haute voix. Les activités d’écriture sont suivies d’une période de calme où l’on s’adonne soit à la lecture, soit à l’écriture. Une mise en commun suit cette étape et clôt la rencontre officielle. Les conversations se poursuivent au-delà de l’horaire pour les intéressés.

En plus des rencontres du mercredi, le Cercle littéraire la Tourelle organise des rencontres avec des écrivains. L’événement se nomme La Tournée d’automne. Nous accueillons en général trois écrivains en cette saison. La rencontre a lieu habituellement le samedi. C’est ouvert au grand public. L’entrée est libre. Jusqu’à maintenant, nous avons accueilli plus de trente écrivains. La liste est trop longue pour les énumérer tous. Quelques noms : Louise Desjardins, José Acquelin, Marie-Claire Blais, Pierre Morency, Robert Lalonde, Élise Turcotte, France Daigle et Raôul Duguay.

Le Cercle littéraire la Tourelle se veut un réseau et non un noyau. C’est pourquoi la porte est ouverte à toute personne intéressée à la lecture et à l’écriture. Nous faisons à notre manière la promotion des écrivains et de leurs œuvres. C’est un domaine culturel où la publicité et la visibilité semblent souvent derrière celui de la musique et du théâtre. Nous travaillons à lui donner une place de choix dans notre milieu. Puisque les membres du cercle proviennent du Nouveau-Brunswick et de la Gaspésie, nous rejoignons les gens des deux rives de la baie des Chaleurs. Le Cégep de Carleton et la Société culturelle de la baie des Chaleurs sont nos partenaires dans l’organisation des rencontres avec les écrivains.

Savais-tu que le premier cercle littéraire au Canada a été fondé à Saint-Jean au Nouveau-Brunswick? Les gens se rassemblaient dans une maison privée. Cela se déroulait à la fin du XIXe siècle. Ce genre de rassemblement ne date pas d’hier.

Si tu connais des personnes intéressées par la lecture et l’écriture, prêtes à partager leurs expériences littéraires, tu peux leur parler du Cercle littéraire la Tourelle. Il existe également un cercle littéraire à Moncton. Suzanne Doucet et quelques amies se réunissent depuis plusieurs années déjà. Si d’autres veulent former un cercle littéraire, nous sommes prêts à leur donner un coup de main.

Je veux partager avec toi quelques réflexions de Pierre Bertrand sur le livre et l’écriture.

« Un livre est un événement. Il déborde de son incarnation, à savoir son être de papier. Et tous les mots, toutes les phrases débordent semblablement leur graphie. »

« Si le livre lui convient (au lecteur), il effectuera une rupture dans sa pensée et dans sa perception, il lui ouvrira un monde ou un avenir nouveau et réinterprétera en conséquence le passé, le transformant rétrospectivement. »

« Lire et écrire sont des actes solitaires, mais qui nous mettent en contact avec les autres humains, les animaux, les plantes, les pierres, le monde, d’une manière souvent plus profonde et plus intense que ce qui a cours dans la vie quotidienne lors des divers rassemblements, sur les lieux de travail et de loisir, en fait sur toutes les places publiques. »

                                                                                             

une mordue de littérature

Alvina

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire