Lettre vagabonde – 27 octobre 2004

Quand les mots voyagent avec les auteurs

 

Salut Urgel,

Du 17 au 23 octobre, c’était la semaine des bibliothèques publiques tant au Québec qu’au Nouveau-Brunswick. Chaque bibliothèque est appelée à organiser des activités afin de souligner l’événement. Le but est d’encourager la population à lire et à utiliser régulièrement les services offerts. Que ce soit la documentation imprimée, la documentation visuelle ou informatique, tout matériel prend vie parce qu’il y a création par des auteurs.

Si les rayons des bibliothèques publiques sont recouverts de volumes, la présence des auteurs de ces œuvres est excessivement rare en ces lieux. Grâce à des subventions, des organismes culturels et littéraires invitent des auteurs à faire la tournée des bibliothèques, des écoles et autres institutions où une place est accordée à la littérature.

Durant la semaine des bibliothèques, j’ai côtoyé deux auteurs : Caroline Merola et Aude. Caroline Merola, écrivaine et illustratrice rencontrait les élèves des écoles primaires de la baie des Chaleurs, secteur Gaspésie. Je l’accompagnais à l’école Père Pacifique. La bibliothèque de l’école est aussi appauvrie que Job. Caroline Merola est arrivée avec un dynamisme et une présentation sans faille. Je ne puis en dire autant des élèves de 5e et 6e années à qui elle s’adressait. Les élèves sont revenus de la récréation sans être accompagnés de leur suppléante. Ils pénétrèrent dans la classe avec des cris, des injures, des glissements de chaises et des déplacements de pupitres. L’enseignante en moi a eu des perturbations élevées à l’échelle Richter. La classe de 5e est venue rejoindre celle de 6e avec dix minutes de retard. C’était la distribution des photos. Une deuxième secousse sismique a heureusement été réduite de quelques décibels grâce à l’intervention du prof de cinquième. Je dis Bravo à Caroline Merola qui a su naviguer sur les vagues bruyantes et transmettre sa passion du dessin et de l’illustration dans des conditions inacceptables selon moi.

Aude est demeurée quatre jours avec nous. En soirée de jeudi, la rencontre eut lieu à la Bibliothèque publique d’Atholville. Nicole Richard, la bibliothécaire nous réserva un accueil chaleureux. La conversation s’est animée sur le coup. Une fillette de neuf  ans, Chloé s’est faufilée dans le cercle des adultes debout en train de discuter. Elle s’adressa à Aude en ces termes : « Je sais pas trop comment dire ça mais qu’est-ce que tu fais icitte? » Aude de lui répondre : « Je suis écrivaine, j’ai écrit ces livres-ci déposés sur la table. Et Chloé de laisser libre cours à sa curiosité et à son émerveillement par des questions et des commentaires. J’écris moi aussi confie Chloé, je lis beaucoup. Son intérêt marqué nous captive. La rencontre, en présence d’une demi-douzaine d’adultes se poursuit par des échanges enrichissants. L’ambiance était telle que nous étions prêts pour une photo de famille en fin de soirée.

Au dîner-causerie du Cegep de Carleton, Aude a créé une complicité avec les étudiants, un rapport intime malgré la cinquantaine de participants. Un étudiant est venu parler de ses poèmes et demander conseils pour un roman. Aude lui en a donnés généreusement. D’autres sont venus timidement avouer qu’ils écrivaient. Aude a transmis sa conviction que toute forme de création est l’expression d’une pure liberté de penser autrement.

A la Librairie Liber, à New Richmond, installées dans une toute petite pièce au premier, une dizaine de personnes ont assisté à une causerie avec Aude. Les conversations allaient bon train. Je me suis sentie projetée à l’époque où les réunions clandestines se déroulaient dans l’arrière-boutique. L’atmosphère était à la magie et aux confidences. L’ambiance était similaire le lendemain lors de la rencontre au cercle littéraire la Tourelle.  Les adeptes de l’écriture possèdent maintenant de nouvelles pistes et les lecteurs ont pu se procurer sur place les livres de Aude. Les discussions se sont poursuivies de manière informelle en prenant quelques bouchées et du vin.

Je trouve courageux les écrivains qui sillonnent les routes du pays pour participer à des rencontres souvent modestes en  nombre afin de partager avec les gens leurs œuvres et leur parcours d’artiste. A part les Michel Tremblay et les Marie Laberge, les auteurs ne rassemblent pas la foule. Pourtant les contacts et les échanges avec les écrivains sont uniques et intimes. Souvent les gens hésitent à assister à des rencontres d’auteurs. Ils n’en ont pas entendu parler auparavant, n’ont pas lu leurs livres. Il est difficile d’entendre parler d’écrivains de nos jours quand les chaînes de télévision sont quasi muettes à leur sujet. Radio-Canada retire ses émissions littéraires et les autres l’imitent. A la radio, le couperet est tombé sur la programmation littéraire. Un mince filet d’entrevue par-ci, un faire-part de décès par-là, comme si la parole était en voie de disparition. Après tout, des écrivains ça transporte des idées en volumes effrayants. Ça fait peur aux contrôleurs de la pensée; ça dérange les contrôleurs d’argent.

J’ai eu la chance d’assister à quatre rencontres avec Aude. Elle est généreuse de son temps et de ses idées. C’est une femme chaleureuse et accessible. Sa riche expérience d’écriture, elle la partage d’emblée. « Nul n’a besoin d’idées pour écrire, affirme-t-elle. Pour écrire, nous avons besoin des mots. » Côtoyer Aude, c’est goûter à la sincérité et à la spontanéité de la parole. C’est se laisser aller à la créativité comme au recommencement incessant des premiers pas, mais avec la certitude d’avancer. Lire ses romans et ses nouvelles, c’est apprivoiser le silence pour mieux saisir la pulsation profonde qui émane de nous.

Et Aude, que lui reste-t-il ? Il lui reste de l’espoir à cause d’une Chloé de neuf ans qui lit et écrit. D’autres personnages naîtront pour nous transmettre cet espoir. Quelque part, des personnes intéressées à la culture et à la littérature oseront organiser des rencontres et des activités littéraires. Sinon, ce n’est pas la mort du livre qui nous guette, mais celle de la création. Elle seule permet de manifester notre manière d’être.

 

Alvina

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau