Lettre vagabonde - 28 septembre 2005

Textes inédits, auteurs inconnus et plaisirs de lire

 

Chère Sylvie,

Des textes inédits, j’en ai lu à en remplir une bibliothèque. Ils ont surgi tels des panoramas camouflés derrière des forêts denses au bout de sentiers peu foulés. Ils me sont apparus comme des pans de grève sauvage et isolée ou seuls de rares et curieux marcheurs s’aventurent. Il se cache des tiroirs remplis d’écriture, de lettres sans destinataire, des petits mots qui ne recevront pas d’accusé de réception. Il reste en chacun tant de mots à délivrer et d’histoires à livrer.

J’ai de la chance. Grâce à ma profession d’enseignante, j’ai bénéficié d’incalculables heures de lecture au fil des pages. Mes yeux ont traversé des textes narratifs, des contes, des poèmes, de la correspondance et même, à l’occasion, des journaux intimes. J’ai exploré des textes issus du seul plaisir de l’écriture spontanée et communicante pour découvrir au tournant d’une page une phrase exceptionnelle. J’ai reçu et corrigé des travaux d’élèves et apprécié leur valeur. Des adultes m’ont soumis leurs manuscrits et j’ai reconnu de beaux textes de qualité qui ne verront peut-être pas l’atelier de l’imprimeur.

La semaine dernière, nous recevions un poète dans le cadre de la Tournée d’automne des écrivains. Michel Pleau a donné des ateliers d’écriture à des enfants de onze douze ans et à des adolescents. Il en a jailli des textes à faire vibrer les cordes sensibles et nourrir l’esprit. Ces jeunes ne deviendront pas nécessairement des écrivains mais quelques-uns auront apprivoisé les mots et pris confiance en leur créativité. L’écriture permet de se connaître, de connaître le monde et les autres insiste Michel Pleau. Il y a du bonheur à explorer ce que chacun possède d’unique.

À cause de mon vif intérêt pour l’écriture, des enseignants et des parents me font parvenir des textes de jeunes. J’ai en main les rédactions de Nicolas, dix ans, qui jongle déjà avec les mots tel un violoniste avec son archet. Camille, onze ans, a assisté à la rencontre littéraire samedi. Elle a demandé de lire sa rédaction et réciter son poème tant sa passion pour les mots est intense. Le poète lui a reconnu un don. Je me souviens encore d’un vers que Kevin avait ajouté à l’expression Le bonheur c’est… Mon élève de sixième année avait complété par « des traces de joie dans la boue. »

Bassemah, une nièce par adoption, Américaine d’origine palestinienne, est retournée depuis peu dans son pays d’origine. Elle enseigne à Jérusalem et m’envoie par courriel son journal. Un style riche et personnel déroule devant moi la vie des Palestiniens à travers un regard que nul média ne saurait transmettre. Ses textes d’une vivide réalité côtoient en qualité ceux d’écrivains chevronnés.

Sylvie, quand j’ai reçu par courriel ton carnet de voyage, je t’ai lue comme si je t’accompagnais tant tu as mis du cœur dans ton récit. Toi, qui écris peu de lettres, je n’avais pas eu la chance d’apprécier ton style où se marient ton sens de l’humour et celui de ton émerveillement. Je suis fière de toi.

L’écriture, accessible mais si souvent boudée, demeure l’un des plus sincères moyens d’expression. Reste à chacun de se réconcilier avec l’écriture. Il existe récits, nouvelles, romans, poèmes et carnets à extérioriser par l’écrit. Il importe de se placer devant son écriture, de la partager avec quelqu’un pour se sentir vibrer, pour communiquer et comprendre. Je suis convaincue que l’écriture demeure un moyen privilégié d’établir le contact entre soi et le monde. Ton texte m’a touchée parce qu’il te contient autant que ton parcours de Fredericton à Victoria.

Quand j’ai la chance d’accéder à l’écriture de l’autre, j’ai la conviction de saisir mieux le geste et la parole. Il y a moins d’éparpillement. Les mots surgis de l’écrit, on dirait que c’est l’âme qui les choisit. Gilles Vigneault a immortalisé ces mots de sagesse : « Tout a déjà été dit sauf par moi. » Donc vas-y, écris Sylvie que j’aie encore le plaisir de te lire.

ta lectrice qui apprécie

Alvina

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau