Lettre vagabonde – 18 octobre 2006

Vingt grammes de poésie

 

Cher Urgel,

Dans mon sac à dos j’ai entassé mes provisions, des vêtements chauds et vingt grammes de poésie. Je recevais récemment par la Poste deux recueils de poésie directement de l’auteur Patrice Desbiens. Aucun mot additionnel n’accompagnait ce cadeau et cela va de soi comme de raison. Lorsqu’on envoie ses poèmes, à quoi servirait de les enrober de prose? Elle voyage très bien toute seule la poésie. La preuve, elle est arrivée saine et sauve.

Je connais Patrice Desbiens d’avant son passage à la Tourelle lors d’une rencontre littéraire. Le lire c’est l’aimer. Le rencontrer, un rare privilège. S’il court les rues Patrice Desbiens, il évite bien celles de la visibilité et de la popularité. Il court plutôt après les gens ordinaires et les mots simples. Il est rarement au rendez-vous lors des salons du livre. Il y a plus de chance de rencontrer le poète au bar ou au café qu’au stand de signature des éditions Prise de parole. Il fuit les foires commerciales fussent-elles celle du livre.

J’ai découvert Patrice Desbiens par Un pépin de pomme sur un poêle à bois. Rouleau de printemps m’impressionnera tout autant. En 2000, les éditions  Prise de parole publiait ses poèmes de 1979 à 1985 sous le titre Sudbury. Je lisais avec mon avidité propre au récit de voyage style Sur la route de Kerouac. Le rythme nous attrape. On ne s’arrête qu’en bout de ligne. Un conteur d’histoires qui ne rate jamais sa chute. Les objets et les situations ordinaires ressuscitent sous sa plume et nous éclatent au visage. Le monde n’a qu’à bien se tenir. Les mots de Patrice Desbiens arrivent armés du poing qui frappe au bon endroit. Le cœur est touché à chaque fois. L’homme attire la sympathie.

Le poète réussit à nous faire rire et pleurer surtout quand il lit pour nous. Jean Saint-Hilaire disait de lui que c’est « le poète qui écrit le cœur sur la main. » Les émotions à l’état brut jaillissent de son écriture concise et dépouillée. Il provoque, bouleverse, scandalise parfois et supplante allègrement l’indifférence.

Les thèmes de la solitude et des lieux publics sont récurrents. Les centres commerciaux, les chambres d’hôtel, la tendresse et le travail d’écrivain occupent l’espace en son œuvre. Au lieu d’une énumération exhaustive, je te refile quelques poèmes de Patrice.

Poésie (1)

Le vent bouge

dans les arbres

 

Le sang des arbres 

tache la terre

 

Chaque feuille est

un livre

qu’on ferme

 

L’automne est parfumé

de poètes

morts

___________________

Un moment de silence dans la vie

D’un poème

 

Entre la tristesse

De l’âme et

La rillette de veau

 

Une seconde

C’est long

Dans la vie

D’un poème

 

_______________________ 

 

La game de hockey sur le parking

derrière l’hôtel Royal à Cornwall

 

C’est une vraie

game 

Des Gretzsky et des

Lafleur et des Pal-

mateer en jeans

en runnings se

battent pour la

rondelle, se

battent pour un

but dans la vie

le soleil leur seul

arbitre

_____________________ 

La petite radio jaune de Van Gogh

Dans sa chambre Van Gogh

Écoute la petite radio jaune

Qu’il a dessiné lui-même

La radio fait tourner qu’une

seule chanson sans arrêt

C’est Paint It Black des

Rolling Stones

Van Gogh est couché sur le lit

La musique lui rentre par

Une oreille et ne sort pas par

L’autre

Il ne peut pas débrancher la

radio puisque il n’a pas encore

découvert l’électricité

Il devient fou

Mais

pas plus fou

qu’un autre
 

Vingt grammes de poésie, ça prend une place minuscule dans les bagages. Ça s’insère bien dans le corps, côté cœur. Vingt grammes de poésie, une bonne trousse de survie en randonnée solitaire. Vingt grammes et quatorze feuilles, de quoi garnir un arbre d’automne et mon petit creux pour les poèmes de Patrice Desbiens. Ne cherche pas les deux petits recueils intitulés Déchu de Rien et Leçons de Noyade en librairie. Ils ont été imprimés à cent exemplaires hors des maisons d’édition. Ça rend le cadeau plus précieux encore. En passant La petite radio jaune de Van Gogh est un gramme de Déchu de Rien. Avec Patrice Desbiens, les mots sont pesés, aucun excédent.

 

Amitiés,

Alvina

    

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau