Lettre vagabonde – 30 avril 2008

Les grands esprits se rencontrent et se racontent

frye.jpg

 

Salut Urgel,

Le Festival Frye 2008 a pris l’ampleur d’une manifestation monstre en faveur de la réflexion et de l’imagination. Trois grands esprits ont dominé la scène avec la force d’une éruption volcanique. Nancy Huston, Alberto Manguel et Russell Banks sont des figures de proue. Leurs réflexions et prises de position outrepassent le domaine littéraire.

Imagine des milliers de participants aux neurones aussi affairées que les fourmis dans une fourmilière. L’imagination était au rendez-vous. C’était le thème du Festival Frye 2008. J’ai assisté à de nombreuses activités : tables rondes, lectures, spectacles, conférences et entretiens. Le Festival Frye est l’endroit idéal pour participer à une orgie littéraire. Je ne veux rien manquer et me passerais bien de nourriture afin de participer aux nombreux événements.

Il émane de Nancy Huston une force créatrice qui vient stimuler la nôtre. L’imagination fertile de Nancy Huston puise dans l’enfance sa source première. « On écrit avec son enfance », affirme-t-elle, « Je vois mes personnages comme des enfants. » Elle écrit dans les deux langues lorsqu’il s’agit de fiction. Ses personnages lui dictent la langue d’écriture. Ses essais s’écrivent en français. Nancy Huston est une femme en possession de tous les mouvements de son corps. Sa démarche respire la liberté de tous les âges. Quelle chance de profiter de la présence de Nancy Huston à Moncton!

Alberto Manguel est un grand ambassadeur de la littérature. La lecture est son ultime passion. Il réussit à nous transmettre l’amour de la lecture. Sa bibliothèque comporte trente mille volumes. « Presque tout autour de nous, nous engage à ne pas réfléchir, à nous contenter des lieux  communs » avoue Alberto Manguel. L’imagination nous libère de l’uniformité et la lecture puise à tous les imaginaires. Russell Banks s’accorde avec Alberto Manguel pour défendre la littérature. Lors de sa conférence, Russell Banks a dénoncé le silence imposé aux écrivains. Les leaders craignent les écrivains et leurs oeuvres. Les médias leur accordent une place dérisoire.

Je pourrais raconter l’histoire de chaque écrivain, de chaque rencontre, mais là n’est pas mon but. Je voudrais crier haut et fort que la société a un urgent besoin de littérature, d’augmenter le nombre des ses lecteurs. Le Festival Frye en a fait sa mission. Pourtant, un obstacle a affaibli le volet lecture. La pauvreté criante du nombre de volumes disponibles à leur librairie m’a déçue. Les volumes en français ne représentaient que des miettes. Et déjà, il y avait peu de choix chez les auteurs anglophones. Il faut nous mettre des livres plein la vue. Pourquoi ne pas avoir en main tous les titres des écrivains présents? Je me suis consolée à la Librairie la Grande Ourse et chez Chapters. Heureusement que les auteurs portent leurs oeuvres, leur laissent la parole lors des nombreuses lectures. Il n’y a pas d’âge pour se faire lire des histoires à haute voix. Le Festival Frye accorde une place privilégiée à la lecture orale.

Le Festival Frye est le seul festival littéraire international bilingue au Canada. Des activités se déroulent dans les deux langues. Un service de traduction est disponible lors des événements majeurs. Les choses se gâtent lors de l’une des dernières activités : le brunch du dimanche. Le français obtient une part minime du menu. Qui a bien pu dire à Nancy Huston que les anglophones présents étaient tous unilingues anglais et que les francophones étaient tous bilingues? Elle s’est adressé à nous en anglais surtout. L’auteure unilingue anglophone, Sandra Martin, elle, n’a pas daigné dire « Bonne jour » dans la langue de Molière. Un brunch plutôt indigeste.

Loin de moi l’intention de condamner le Festival Frye pour autant. C’est l’événement littéraire le mieux organisé qui soit avec les Correspondances d’Eastman. Où trouver ailleurs autant de rencontres avec de grands esprits comme Nancy Huston, Alberto Manguel et Russell Banks? Au Festival Frye, on ne fait pas qu’assister aux activités, on y participe, on rencontre les auteurs et on échange avec eux. J’ai même eu la chance de parler à Nancy Huston à trois reprises. Si c’est pas le bonheur ça! L’imagination, thème si cher à Northrop Frye, est toujours au rendez-vous. Si je devais participer à seulement deux événements littéraires, le Festival Frye aurait priorité avec les Correspondances d’Eastman. J’en reviens toujours enrichie et transformée.

 

Amitiés,

Alvina

 

 

                       

 

 

 

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau