Lettre vagabonde - 5 février 2014

Élise Turcotte, chercheuse de choses et d’humanité

 

Autobiographiedelesprit

Autobiographie de l’esprit est le récit d’un voyage au cœur de la création littéraire. Élise Turcotte effectue une traversée du territoire intérieur afin de remonter à la source de son écriture. Les lieux des émotions, de la pensée, des objets, s’arrachent son attention. Les deux pieds bien ancrés dans le remuement du quotidien, le regard attisé par son instabilité déconcertante, l’auteure nous conduit sur une route où alternent la lumière et l’obscurité. Ce qui ne se voit pas donne à l’écriture sa substance. Le ton de l’aventure est donné dès le premier paragraphe. Une maison sert de point de départ. Une maison , une région, la Gaspésie et un carnet accueillent l’exploratrice qui se lance dans la cartographie des lieux. Chaque déplacement nous propulse dans une dimension où les êtres et les choses s’animent du même souffle. Élise Turcotte explore les rapports entre la terre et les êtres, entre les émotions et les objets. Animée d’une énergie sans bornes, elle nous fait vivre à travers son regard la sensibilité que dégagent une chute d’eau, un vacancier, une plante sauvage, un agencement de pierres. Elle relie ces portraits à d’autres paysages. Voici que l’on remonte vers la cartographie antérieure, au territoire de l’écriture avant l’écriture. Élise Turcotte est collectionneuse de tout ce qui la mènera aux mots. Elle procède au prélèvement de l’inhabituel, de l’étrange, redonne vie à l’oubli, à la disparition et à la mort aussi.

 

Tout lui sert à capter les mots nécessaires à la création d’une œuvre littéraire. Ce qui nous entoure nous identifie. Rien n’est laissé au hasard dans sa démarche créatrice, le moindre élément est récupéré. « J’ai souvent décrit mon travail comme une sorte de cartographie du monde » affirme l’auteure. Les lieux en façonnent sa vision. Elle assimile l’espace qui s’enracine dans son esprit, transforme le relief, le climat et les êtres pour y diffuser un nouveau paysage authentique.

 

Autobiographie de l’esprit est la somme de toutes ses vies accumulées, ses passages dans l’inconscient, ses errances dans l’incertain et ses fouilles dans l’oublié et l’interdit. Si l’artiste Louise Nevelson construisait ses œuvres à partir de vieux objets récupérés, Élise Turcotte écrit à partir d’instants fugitifs, de fragments retrouvés. Écrire, n’est-ce pas transformer la réalité pour y faire entrer ce qui risque d’être perdu, afin de nous permettre de vivre autrement le monde? D’où l’attirance d’Élise Turcotte pour les cimetières, les épaves, les naufrages, la mort qui conserve des traces de vie dans la mémoire. Sous sa plume, « les choses se mettent à pousser, à grandir, à vivre. » Elle fait jaillir la lumière au bout de nos ombres. Elle propose des repères, crée des balises pour relier le chemin de l’esprit à celui de l’écriture et nous inviter à explorer les « pièces secrètes à l’intérieur de chacun de nous. » L’écriture même devient un voyage, on avance dans le ressenti, les mots déposent des images là où l’on n’avait rien perçu. C’est cette montée du ressenti, l’acuité du regard qui rend la lecture d’ Autobiographie de l’esprit si vivante.

 

Le récit emprunte la direction du sensible, du spontané, de l’intuitif et de l’inattendu. Le familier redevient un objet de découverte. Les influences des autres écrivains sont autant de cairns sur le parcours. Par contre, ses plus grandes influences demeurent ses enfants. C’est sûrement de là que jaillit la source de fraîcheur juvénile et l’enthousiasme communicatif qui constituent l’écriture d’Élise Turcotte. Ce livre se veut une visite libre et inespérée du vaste atelier d’une écrivaine. Autobiographie de l’esprit s’avère l’un de mes rendez-vous les plus intimes avec l’auteure. Le contenu est inépuisable puisque nous sommes invités à saisir « ce qui est là » à l’extérieur comme à l’intérieur de la maison.

 

Au fond la force d’Élise Turcotte ce n’est pas de se laisser imprégner de la substance de son quotidien mais bien d’imprégner le quotidien de sa substance, de son souffle créateur et de sa propre réalité. Une expression de l’artiste Anton Mauve lui sied bien : « le grand poète des petites choses » Des choses vivantes, à notre insu, pour créer tout simplement.

Aucune note. Soyez le premier à attribuer une note !

Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau